Négociation Contrat de Génération

  • Embauches nécessaires

  • Fin de carrière et pénibilité,

  • Recul de l’âge de la retraite et départs anticipés

  • Départs forcés et licenciements de personnes devenant partiellement inaptes

Des questions liées sur lesquelles la CGT fait des propositions

  • Améliorer l’accord « contrats de génération »

Le 18/10/2013 avait été signé par certains syndicats un accord dit « Contrats de Génération ». Cet accord triennal se terminant, la direction a proposé sa prorogation pour un an, lors d’une réunion tenue le 16 novembre.

La CGT, qui ne l’avait pas signé, est favorable à une renégociation pour l’améliorer. Il y a évidemment la question des embauches de jeunes où très peu d’engagements sont pris. Il y a aussi la mesure la plus utilisée de l’accord et qui avait fait beaucoup débat en 2013, celle des « temps partiel aidés » en fin de carrière.    

Il faudrait au minimum porter à 20%du temps la prise en charge par ST de la perte de salaire, et que cette prise en charge comprenne toute la rémunération et non pas seulement le salaire de base. En effet pour le personnel posté les primes d’équipe ne sont actuellement pas prises en compte.

  • Autres mesures liées à la fin de carrière et à la pénibilité.

L’entreprise vieillit, et suite aux mesures reculant l’âge de la retraite et augmentant le nombre de trimestres nécessaires pour une retraite à taux plein, il y a des salariés qui souhaitent partir plus tôt que les nouveaux âges légaux. Ceci est légitime. Le problème est accentué dans les métiers pénibles où se multiplient les TMS. Dans les secteurs soumis à restructurations. Le manque de vision stratégique de ST est aussi démotivant. D’un autre côté, beaucoup de salariés veulent aussi continuer à travailler, mais dans des conditions moins pénibles. Pour tenir compte de ces deux aspects :

Nous sommes aussi favorables, comme nous l’avions indiqué lors des discussions sur le PDVMI, à la mise en place de mesures d’âge inspirées de celles inscrites dans le PDVMI, pour l’ensemble des salariés volontaires dans l’entreprise.

– Nous proposons de mettre en place, pour les salariés ayant travaillé longtemps la nuit et en horaire posté, des dispositifs permettant de repasser en horaire journée en minimisant les pertes de salaires ; ceci existe encore à Rousset, mais uniquement pour les anciens.

  • Pas de départs forcés et de licenciements

A l’inverse nous voulons que cessent les licenciements ou départs forcés de personnes devenues partiellement inaptes, et voulant rester travailler. La direction utilise même, surtout à Crolles, une des dispositions de l’accord handicap pour faire partir des salariés, un comble !.

  • Embauches nécessaires

Pour commencer il faut une intégration effective des personnes déjà formées dans ST, et de meilleures mesures permettant un réel transfert des connaissances. Au-delà, nous avons besoin d’un plan d’embauches important. Aujourd’hui nous sommes en sous-effectif par exemple dans les Fabs de Rousset et Crolles. Il manque aussi du monde pour étoffer les équipes projets. Et partout il y a besoin de sang neuf.

Lors de la réunion 16 novembre, la direction n’a pas réagi à ces demandes, et a maintenu simplement sa volonté de proroger l’accord « contrats de génération », tel quel. Il y aurait dit-elle des discussions en 2017.

Les commentaires sont fermés.