Les 6 et 7 février: tous mobilisés pour gagner des droits nouveaux dans la branche.

L’avis du Conseil d’Etat et l’imprécision de l’étude d’impact présentée au Conseil des Ministres, sont des éléments supplémentaires qui fragilisent un peu plus le gouvernement et discréditent d’autant plus le projet de réforme des retraites.

Suite à l’intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL qui propose 3 nouvelles journées d’actions et d’initiatives locales les 5, 6 et 7 février, la Fédération des Travailleurs de la Métallurgie CGT appelle les salariés de la branche, demandeurs d’emploi, retraités à participer activement en organisant des actions dans les territoires et entreprises.

Le 5 février, nous devons soutenir l’appel des organisations de jeunesse en faisant le lien sur les sujets revendicatifs notamment celui sur la retraite.

Le 6 février est une nouvelle journée de grèves et manifestations interprofessionnelles. Cette journée peut être décisive pour gagner la pérennisation et l’amélioration de notre système de retraite.

Elargir la mobilisation est essentiel pour faire reculer le gouvernement et l’empêcher de faire payer, aux salariés, le prix fort d’une réforme qui grave dans le marbre le recul de l’âge de la retraite et la baisse des pensions.

Après pratiquement 4 ans de négociations, tous les droits qui organisent la vie au travail des salariés de la branche sont remis à plat, des classifications au temps de travail, en passant par la formation professionnelle, la santé au travail ou les droits individuels. Tout est mis sur la table avec un seul but pour le patronat : détricoter les garanties collectives et droits des salariés, en les tirant vers le bas.

Des sujets majeurs restent à négocier pour cette année, notamment les rémunérations. Il s’agit bien des salaires minima de la branche mais pas seulement, la majoration des heures de travail de nuit, des forfaits en heures et jours, les primes comme l’ancienneté qui seront mis à mal si on laisse faire le patronat.

Il est urgent d’agir, à l’image de la bataille actuelle pour garder et améliorer notre système de retraite. C’est la mobilisation des salariés de notre branche qui permettra d’inverser le rapport de forces pour faire pencher la balance des droits et garanties collectives en faveur des salariés.

D’ores et déjà, le 7 février, des rassemblements sont prévus en région devant les chambres patronales avec interpellation de l’UIMM, conférences de presse, etc.

Les 6 et 7 février, la FTM-CGT appelle ses syndicats, ses syndiqués, les salariés à se mettre en grève, à débrayer sur leur lieu de travail puis à participer aux manifestations organisées dans les territoires.

Plus que jamais l’heure est à la mobilisation la plus large possible.

Prenons en main notre avenir dans la Métallurgie et imposons à l’UIMM d’autres choix
pour obtenir une Convention Collective Nationale de progrès social,
pour toutes les catégories, avec des droits de haut niveau.

 

Montreuil, le 04 février 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.