Douze ans plus tard, moins de femmes à ST

Les négociations pour renouveler l’accord « égalité femmes- hommes » ont commencé. Le 6 octobre la discussion a porté sur le taux de féminisation de l’entreprise, sur la mixité.

Le premier accord « égalité » à ST date de 2006. Comparons les chiffres en ce domaine de la mixité :

Pourcentage de femmes         2007      Eff.Tot.         2019      Eff.Tot.

  • Total ST France              32,7 %   11144         29,9 %   10143
  • Opérateurs&trices          51,4%     3136          47,5 %     2071
  • Technicien.ne.s              25,9%     2000          26,4 %     2255
  • Admin.                            90,8%       358          95,1%        185
  • Ing&Cadres                    20,7%     5630          22,8 %     5817

C’est un peu déprimant n’est ce pas ?

Car on pourrait se réjouir de la – légère – progression du taux de femmes chez les IC, si dans le même temps ce taux n’avait pas, de façon inexplicable – dans les trois dernières années qui plus est – chuté chez les opérateurs& opératrices.

Cette stagnation globale ne semble pas inquiéter outre-mesure la direction; qui dans la réunion a tenu le discours habituel. Et propose de fixer des objectifs tellement limités qu’il faudrait « des siècles » pour qu’il y ait un changement.

Quelques  exemples :

La situation chez les opérateurs& opératrices n’est pas considérée comme prioritaire alors que l’enjeu est très important numériquement. L’objectif d’embauche n’y est que de 50% sachant que nous ne sommes plus qu’à 47,5% de femmes dans cette catégorie. Il est à 25% chez les techniciens et techniciennes, soit plus bas que le pourcentage actuel de femmes dans cette catégorie !? Il n’y a que chez les ingénieurs &cadres qu’on est au dessus : 30%.

Le projet d’accord essaie de traiter la question en rentrant dans le détail : l’intention est louable : « assurer une plus grande mixité dans toutes les filières techniques et à tous les niveaux de responsabilité ». Mais l’objectif est simplement de hausser de 1% la proportion de femmes là où cette proportion est inférieure à 50%… 1% sur quatre ans ! Que dire ?

Certes les problèmes sont complexes; certes l’environnement est parfois défavorable. La direction cite la proportion très faible d’étudiantes dans certaines écoles d’ingénieurs considérées comme notre vivier traditionnel. Mais justement ne faudrait-il pas sortir de la tradition et élargir drastiquement les formations recherchées ? Changer aussi les rédactions des offres d’emplois ?

Plus globalement, ne faudrait il pas une révolution féministe à ST pour espérer changer réellement la situation ? En lien avec le renouveau des mouvements féministes observé ces dernières années dans le monde et en France ?

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.