Alors cette micro-électronique européenne, on la reconstruit ou pas ?

De nouveaux articles en cette rentrée. Et toujours la même étrange situation. Un décalage entre les discours de T.Breton et les annonces européennes, et les orientations de STMicro, qui, tout en intégrant l’Alliance, poursuit sa propre stratégie.

Extrait “Usine Nouvelle”

S’exprimant au salon de l’automobile de Munich, Pat Gelsinger, le directeur général du géant américain des puces Intel, a déclaré le 7 septembre que son groupe dévoilerait d’ici la fin de l’année l’emplacement de deux nouvelles grandes usines en Europe. Intel envisage d’investir jusqu’à 80 milliards d’euros sur le vieux continent d’ici 2030. L’Allemagne et la France font figure de favorites mais la Pologne, où Intel est déjà présent, est aussi citée. L’objectif est “un projet total de 80 milliards d’euros au cours de la prochaine décennie qui serait un catalyseur pour le secteur des semi-conducteurs (…) un catalyseur pour l’ensemble du secteur technologique”, a déclaré Pat Gelsinger.

Dans une interview à Politico en avril, lors d’un précédent déplacement en Europe au cours duquel il avait rencontré le commissaire européen Thierry Breton, le patron d’Intel avait réclamé une aide financière des pouvoirs publics européens pour ses investissements prévus sur le continent.

https://www.usinenouvelle.com/article/l-europe-doit-avoir-la-meme-dynamique-dans-les-puces-que-la-coree-ou-taiwan-affirme-thierry-breton.N1137904

https://www.novethic.fr/actualite/economie/isr-rse/souffrant-de-penuries-importantes-l-europe-veut-re-trouver-sa-souverainete-sur-les-semi-conducteurs-150104.html

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.