En pleine pandemie… les dividendes restent !

​Communiqué de presse

On croit rêver. En pleine pandémie du Covid 19, alors que le monde se confine, que les morts s’accumulent… le Conseil de Surveillance de STMicroelectronics a publié le 25 mars les résolutions qui seront présentées à l’Assembée des actionnaires du 28 mai. Parmi elles, celle sur les dividendes, maintenus à 0,24$ par action, ce qui représente 220 Millions $ par an.

RAS … Le business continue, les dividendes et l’appât du gain aussi !

On n’observe pas le même empressement à annoncer de bonnes augmentations et un bon intéressement pour les salariés !

« Dans les entreprises où l’Etat est actionnaire, on va demander de ne pas verser de dividendes (…), c’est la solidarité », a pourtant déclaré la Ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

Qu’ont voté les représentants de l’Etat au Conseil de Surveillance de ST ? Que va faire le gouvernement ? Rappelons que les Etats Français et Italiens contrôlent l’entreprise via un pacte d’actionnaires ! Obtenir la suppression des dividendes semble bien plus difficile que de rogner une nouvelle fois les acquis sociaux du Code de Travail de milliers de travailleurs au nom de la « solidarité » !

Dans la crise actuelle, n’y a-t-il pas mieux à faire que de verser des dividendes d’un côté, tout en incitant de l’autre par des primettes les salariés à être présents sur les sites ?

Une chose est sûre : ceci prouve que ST ne manque pas d’argent. Un argent qui pourrait lui permettre de supporter sans difficulté une fermeture temporaire des usines pour aider à freiner l’épidémie.

CGT STMicroelectronics France 30 mars 2020

ENVELOPPES LÉGÈRES LÉGÈRES

PAS DU TOUT AU NIVEAU !

Hormis l’UNSA aucun syndicat n’a validé les NAO de la direction. Cette dernière applique donc unilatéralement sa politique. Les enveloppes sont arrivées. On peut juger sur pièce.


Le premier point est que le niveau des augmentations est bien bas, pas du tout au niveau des besoins des salariés.

De plus même si nos salaires ne doivent pas dépendre des résultats financiers de ST, il est particulièrement choquant de constater que ces salaires augmentent très peu, même en période faste pour ST.

Concernant les OATAM, c’est ce bas niveau en pourcentage et en € qui ressort en premier lieu. Le message indirect de notre direction est clair : si vous voulez retrouver de bonnes augmentations, comme les 70€ de 2012, il faut faire grève !

Concernant les IC, l’élément nouveau est que le variable, qui était auparavant plutôt un bonus, devient maintenant dans beaucoup de cas un substitut aux augmentations !

Cela change tout… et c’est une tromperie car au départ ces primes variables ont été instaurées dans le cadre de la diminution du temps de travail de la loi des 35H, à la place de jours de RTT.

Les primes projets et extraordinaires sont bien sûr totalement discrétionnaires et opaques.
Se rajoutent une série de mesures, corrections et contre-corrections, qui aboutissent à beaucoup d’injustices et d’insatisfactions. On peut citer des annonces de rabotage de dernière minute, des anciens pas augmentés, les personnes à 0 car ayant eu de bonnes primes, les personnes à 0 tout court, les personnes à 0 car en PDVMI etc. N’oublions pas l’effet « comparatio » !

Bref ça ne va pas du tout. Et si nous voulons faire changer les choses et faire reconnaître notre travail correctement… il faut se bouger, dans la lignée des mouvements de protestation de juin à Crolles, Rennes, Le Mans.

à lire bientôt :

😥Rémunération globale et variable contre Salaire

🤣Et si nous suivions l’exemple des collègues du Staff

CAC 40 : 30 ans d’enrichissement des actionnaires

Plusieurs fois par jour, voire par heure, les média, y compris les média publics, nous informent sur les variations du CAC 40.
Une telle présentation est intimement liée à une idée fausse, entretenue par les libéraux et le patronat, selon laquelle le cœur de l’économie se bat la Bourse.
Cela concerne aussi STMicroelectronics qui vient de rejoindre le CAC 40.
Qu’en est-il en réalité ?

Une mise en perspective intéressante de notre pôle économique, à lire
en suivant ce lien : cac40

Revendications à STMicroelectronics

BESOIN DE SALAIRE, DE SOCIAL !

ST n’a toujours pas une stratégie de redéveloppement. Les problèmes de fond restent. La bataille pour l’avenir de nos emplois continue ! D’un autre côté, dans l’immédiat, la situation financière de ST lui donne les marges nécessaires pour répondre aux demandes sociales des salariés. Les dividendes par exemple restent très élevés : près de 250Millions en 2016 ! Et l’action ST a flambé : 5€ en juillet 2016, contre 13 € en février 2017…

Il faut sortir de la logique boutiquière non seulement pour l’économie, les investissements, mais aussi pour les embauches, les salaires, les conditions de travail…

Voici quelques points sur lesquels nous proposons d’agir (Besoin de salaire et de social) :

  • SALAIRES SALAIRES SALAIRES
  • CLASSIFICATIONS ÉVOLUTIONS DE CARRIÈRE : NÉGO À RISQUES !
  • ÉGALITÉ : STOP AUX MESURETTES
  • EMBAUCHES : OUI 
  • MESURES DE FIN DE CARRIÈRE ET LIÉES A LA PÉNIBILITÉ POUR TOUS ET TOUTES
  • NI DÉPARTS FORCÉS NI LICENCIEMENTS
  • QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL?
  • RÉPONDRE AUX REVENDICATIONS !

Nous n’avons pas besoin de bla-bla, mais de RÉPONSES CONCRÈTES comme :

  • Augmenter les salaires pour commencer,

mais aussi (liste à compléter !) :

  • Cesser les licenciements des personnes devenues inaptes, alors que nous avons un accord handicap
  • Assurer la protection des risques psycho-sociaux
  • Répondre aux problèmes de pénibilité en salle-blanche, au travail de nuit…
  • Stopper les dépassements du temps de travail, compter le temps de travail
  • Embaucher
  • Répondre aux problèmes liés aux déplacements professionnels
  • Traiter le droit à la déconnexion et l’impact des nouvelles technologies sur l’organisation du travail
  • Améliorer l’accord sur le télétravail de Grenoble et Paris et l’étendre à tous les sites