PROFITEURS DE CRISE! ILS INSULTENT NOTRE TRAVAIL !

Alors que le 22 octobre le PDG de ST présentait des résultats très positifs pour l’entreprise, la direction vient d’annoncer une politique salariale à 0%.

Cette annonce est un véritable scandale, une insulte au travail des salarié.e.s.

Pour « justifier » cela la direction prétend qu’en fait ST ne va pas si bien que cela. Autrement dit, le discours du PDG serait un discours de façade.

Mais dans notre monde, on ne ment pas aux financiers, c’est trop dangereux. Mais on ment aux salariés. C’est le cas aujourd’hui.

La direction cherche aussi à nous faire pleurer en expliquant que nos dirigeants ou hauts cadres ont réduit de quelques % leurs salaires. Mais c’est parce que leurs REMUNERATIONS SONT SCANDALEUSEMENT trop forte qu’ils peuvent le faire !

Sans parler du PDG et de son board (on y reviendra), que dire des 100 hauts dirigeants de ST France qui touchent en moyenne environ 200 000€ par an avec en prime 50 000€ d’actions gratuites. Gardez vos mouchoirs messieurs ! (Messieurs, car il y a si peu de femmes parmi vous !)

La CGT estime que ce comportement consiste à PROFITER  de la crise du Covid et des préoccupations qu’elle suscite chez nous tous pour faire passer cette mesure inique. C’est une véritable honte.

 

 

NAO : LA CGT HORS SUJET

Ce jeudi 25 juin avait lieu la seconde séance officielle des NAO (Négociations Annuelles Obligatoires)…

Pour la direction il s’est agi avant tout de faire valider – en septembre – via un accord pluri-annuel (3 ans) sa politique de rémunération, et notamment l’individualisation et le variable. Choses aux quelles la CGT est opposée et qui sont à l’inverse des leçons à tirer du Covid, qui doivent conduire à plus de solidarité et plus de collectif.

Quant au budget il y aurait un rendez-vous annuel. Aucun engagement de peut être pris par la direction sur ce sujet !

La CGT a avancé quatre points principaux :

  •  la prise en compte de la pénibilité notamment des postés
  •  la réduction des écarts de rémunération
  •  une politique salariale pour 2020, avec rétroactivité
  •  la subrogation pour les frais de santé

Sur la pénibilité… la direction dit que ce n’est pas le sujet des NAO… éventuellement cela pourrait être discuté dans un accord dit de QVT2 (qualité de vie au travail), dans le cadre des fins de carrière

Sur les écarts de rémunération, « si votre demande est de revenir sur la hiérarchie des rémunérations, c’est non » a précisé la direction. Nous ne sommes pas si ambitieux ! Mais nous voulons freiner les écarts qui s’accroissent, par exemple avoir un accord d’intéressement égalitaire. Ce n’est pas le sujet des NAO...

Idem pour la subrogation : hors sujet.

La politique salariale… voir le début.

Ah… la direction a accepté une demande de la CGC : que chaque salarié bénéficie d’une explication des résultats de sa politique salariale.

Comme quoi le dialogue social existe !

CONCLUSION : AUX SALARIE.E.S D’AGIR POUR QUE CES QUESTIONS (ET D’AUTRES TOUT AUSSI IMPORTANTES COMME L’EGALITE FEMMES HOMMES, la SITUATION DES PERSONNES HANDICAPEES…) NE SOIENT PLUS HORS SUJET !

N’OUBLIEZ PAS DE SIGNER LA PETITION ESTIVALE

http://chng.it/S7RmH68z

 

Déconfinement version 25 juin et la CGT écrit à la direction

Le gouvernement a édité une nouvelle version du protocole de déconfinement. A lire notamment les passages concernant les personnes vulnérables, ou les recommandations concernant les entrées-sorties dans les entreprises.

protocole-national-de-deconfinement_25062020

A ST, la CGT a écrit à la direction car nous observons divers problèmes d’application de l’accord en vigueur jusqu’à fin juin. Nous demandons aussi le maintien du paiement à 100% des personnes vulnérables ou vivant avec les personnes vulnérables.


Monsieur, Madame,

Notre organisation syndicale a signé 2 accords successifs qui traitent de la sortie du déconfinement et des mesures associées.

Le dernier accord , toujours en vigueur à ce jour prévoit la tenue de commission nationale, or à ce jour nous n’avons jamais été convoqué. Et cela est plus que dommageable pour garantir une équité de traitement et d’application des mesures comprises dans ces accords.

En effet, nous constatons à plusieurs égards que certaines dispositions de l’accord sont appliquées de façon négative pour les salariés de certains sites (les salariés de nuit de Crolles notamment)

De plus il est prévu qu’en cas d’évolution gouvernementale , la direction prenait  l’engagement (article 4) à revenir vers les organisations syndicales représentatives signataires.

Or au fil des annonces gouvernementales en juin mais également de façon aléatoire les règles d’application des mesures ont évolué de façon très disparate selon les sites et les horaires de travail des salariés sans que les partenaires sociaux n’en soient informés.

Merci de prévoir une commission de suivi national au plus tôt

Enfin ,vous n’êtes pas sans savoir que des évolutions d’allègement des protocoles sanitaires dans les entreprises sont en cours de discussion, et très vite des annonces seront faites pour permettre un retour plus conséquent physiquement sur les sites.

Néanmoins pour la catégorie des personnes vulnérables ou vivant avec des personnes vulnérables et compte tenu de la persistances de propagation du virus, il est nécessaire que nous discutions ensemble de la reconduction des mesures pour ces salariés au moins jusqu’à la fin de l’été.

Ces personnes à quelques jours de la fin de l’accord sont dans l’attente d’information ,nous souhaitons donc avoir un retour au plus tôt pour répondre aux attentes de ces salariés. Ce point doit être prioritaire.

Pour finir alors que la direction nous avait confirmé le paiement à 100% des personnes forfaits jours qui seraient en activité partielle, les réponses de certains sites indiquent que ces salariés ne seraient finalement pris en charge qu’à hauteur de 70%.( le dispositif de prise en charge des forfait jours aurait semble-t-il évolué pour ces catégories de personnel durant la crise CoVID 19)

Merci de préciser ce point également.

Dans l’attente de vous lire, veuillez recevoir mes salutations.

Sandy BEL DSCA CGT

Télétravail, dossier de l’Ugict, Rendez-vous à ST le 30 juin

Avec le confinement et la crise sanitaire que nous venons de traverser, le télétravail s’est imposé pour la grande majorité des cadres et professions intermédiaires. Pour l’Ugict-CGT pas question que le « télétravail gris » se pérennise ! À rebours de la dérèglementation mise en place en 2018, le télétravail nécessite un encadrement clair pour garantir les droits et les conditions de travail des salarié·es !

Voici un document édité par l’Ugict, branche inngénieurs-cadres-techniciens de la CGT.

https://syndicoop.fr/mutuelle/tracts/le-teletravail-cest-oui-mais-bien-encadre/

Rappelons que le 30 juin doit avoir lieu une réunion entre syndicats et direction de ST. La CGT a recueilli plusieurs points de vue pour préparer ce rendez-vous.

A suivre…