Projet Breton : la réserve de ST

Dans un article récent « Les Echos » reviennent sur la « réserve » de ST vis à vis du projet de T.Breton de relance de l’industrie européenne des semi-conducteurs.

https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/le-francais-soitec-entre-dans-lalliance-europeenne-pour-les-semi-conducteurs-1333852

L’article note la grande réserve de notre entreprise au sujet de ce projet. Ce qu’il y a de curieux c’est que nous avions reçu un courrier de protestation du DRH France quand nous avions fait part de la réserve de M.Chéry. Nous aurions déformé sa pensée…En fait …non, si l’on en croît les multiples articles parus depuis !

Pour mémoire , le courrier reçu :

Courrier M. Leroux 20.04.2021 (1)

Sur le fond, nous ne comprenons pas la position de la direction de ST, qui ignore la prise de conscience qui s’est produite sur les risques d’une trop grande dépendance vis à vis des technologies de pointes.

Il est nécessaire et possible à la fois de renforcer les points forts de ST et de revenir dans les technologies les plus en pointes, tout en reconstruisant aussi l’électronique aval. En Europe, dont la France.

Ci-dessous deux articles concernant la possible implantation de cette usine en Allemagne

https://overclocking.com/lallemagne-en-pole-pour-la-future-usine-dintel/

https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/lallemagne-bien-placee-pour-devenir-le-hub-europeen-des-semi-conducteurs-1334742

 

 

 

 

Télétravail… pourquoi la direction veut-elle gagner du temps ?

La direction a convoqué les syndicats le 8 juillet à une « concertation » sur le télétravail, alors qu’ils réclamaient l’ouverture d’une négociation, déjà promise l’année dernière.

La direction a déclaré vouloir s’aligner « culturellement » avec le « Corporate » international et avoir besoin de plus de temps pour analyser notre façon de télétravailler.

Pour elle, la crise continuant, il n’y a pas lieu de de se précipiter car « tout le monde peut faire autant de télétravail qu’il veut ». La discussion aura lieu post Covid a minima.

lire la suite dans le tract joint, avec notamment les propositions défendues par la CGT

télétravail_tract_fin_juillet2021_concertation

 

 

 

Dans les choux ou l’intox de l’index, partie 2

Une négociation est en cours sur l’accord « égalité » à ST. La CGT n’est pas signataire de l’accord qui se termine. Les discussions pour le nouvel accord n’ont pas donné grand-chose. Prochaine réunion le 5 novembre.

Nous abordons dans cet article la question clef de l’égalité réelle des salaires et des carrières. Egalité réelle, ou plutôt inégalité réelle, bien loin de celle appréciée par l’indice mis en place par le gouvernement.

Pour commencer , on peut lire le début de l’aventure en suivant ce lien :

https://stmicro.reference-syndicale.fr/wp-admin/post.php?post=2645&action=edit

Et pour les autres salariés ?

Pour les technicien.ne.s et agent.e.s de maîtrise, le constat est simple :

Le gommage des 5% est mortel et permet de ne perdre aucun point de l’index alors que les différences de salaires fleurtent avec les 5%… Manque à gagner pour la carrière d’une femme entre 25 ans et 60 ans : 40 000 €… Mais ST ne perd aucun point… Autre point catastrophique chez les technicien.ne.s : l’effondrement de la part des femmes chez les jeunes… 8.5 % de femmes parmi les moins de 30 ans…

Pour les opératrices :

Les écarts de salaires ne sont pas conséquents… Même si le manque total à gagner sur 35 ans de carrière entre 25 ans et 60 ans reste en défaveur des femmes. Mais le problème est que les femmes sont minoritaires pour les moins de 39 ans et deviennent majoritaires ensuite. 25.7 % des opérateurices de moins de 30 ans sont des femmes, contre 61 % des opérateurices de plus de 50 ans… Que cache cette évolution ???? Que sont devenus les opérateurs hommes au cours de leur carrière ? Pourquoi ST embauche une majorité d’hommes chez les jeunes opérateurices ?

Pour les administratives ?

164 femmes pour 9 hommes. Mais rassurez-vous pour ce très faible effectif masculin, les salaires restent très supérieurs à celui des femmes (manque à gagner pour les femmes sur 35 ans de carrière : 47 000 €), mais comme les effectifs sont très faibles à ST, la « pondération » fait des miracles.

Conclusion

Derrière la com satisfaite de la direction, l’index met sous le tapis des inégalités bien présentes :

  • Inégalités croissantes et dramatiques chez les ingénieures et cadres tout au long de leur carrière,
  • Inégalité systémique chez les techniciennes dès l’âge de 30 ans et effondrement des effectifs féminins chez les plus jeunes,
  • Inégalité de carrière probable chez les opératrices et effondrement des effectifs féminins chez les plus jeunes,
  • Et chez les administratives : c’est une caricature. Les quelques hommes sont nettement mieux payés en moyenne et les astuces de calcul de l’index efface la disparité d’un coup de baguette magique…

PROFITEURS DE CRISE! ILS INSULTENT NOTRE TRAVAIL !

Alors que le 22 octobre le PDG de ST présentait des résultats très positifs pour l’entreprise, la direction vient d’annoncer une politique salariale à 0%.

Cette annonce est un véritable scandale, une insulte au travail des salarié.e.s.

Pour « justifier » cela la direction prétend qu’en fait ST ne va pas si bien que cela. Autrement dit, le discours du PDG serait un discours de façade.

Mais dans notre monde, on ne ment pas aux financiers, c’est trop dangereux. Mais on ment aux salariés. C’est le cas aujourd’hui.

La direction cherche aussi à nous faire pleurer en expliquant que nos dirigeants ou hauts cadres ont réduit de quelques % leurs salaires. Mais c’est parce que leurs REMUNERATIONS SONT SCANDALEUSEMENT trop forte qu’ils peuvent le faire !

Sans parler du PDG et de son board (on y reviendra), que dire des 100 hauts dirigeants de ST France qui touchent en moyenne environ 200 000€ par an avec en prime 50 000€ d’actions gratuites. Gardez vos mouchoirs messieurs ! (Messieurs, car il y a si peu de femmes parmi vous !)

La CGT estime que ce comportement consiste à PROFITER  de la crise du Covid et des préoccupations qu’elle suscite chez nous tous pour faire passer cette mesure inique. C’est une véritable honte.