Une délégation Intersyndicale de STMicroelectronics reçue au Ministère à Bercy

ENSEMBLE NOUS SOMMES PLUS FORTS POUR DÉFENDRE NOS EMPLOIS

Lundi 17 Novembre 2014, une délégation intersyndicale CAD-ST, CFDT et CGT a rencontré à Bercy des représentants du Ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, ainsi que ceux du Ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social.
Face à la situation critique dans laquelle se trouve STMicroelectronics, un courrier d’alerte
demandant cette rencontre avait été envoyé aux différents ministères dès la fin du mois d’octobre – avant l’annonce du plan de restructuration – par l’intersyndicale CAD-ST, CFDT et CGT, qui représente 51.3% des voix des organisations syndicales existantes en national dans ST.

Les syndicats CAD-ST, CFDT et CGT ont rappelé leur opposition aux 450 suppressions d’emplois annoncées dans le monde qui affaiblissent l’entreprise.

Lors de cette entrevue où tous les sites français étaient représentés dans la délégation de
l’intersyndicale, ont pu être discutés les problèmes de ST aussi bien au niveau global
qu’au niveau local.
L’intersyndicale juge positive que ce soit tenue cette réunion et remettra au gouvernement un document de synthèse sur les problèmes de ST et les propositions de l’intersyndicale.

Les syndicats CAD-ST, CFDT et CGT soulignent l’urgence d’un changement de politique pour remettre ST sur la voie du redéveloppement, ainsi que la responsabilité de l’état actionnaire dans ses problèmes de gouvernance et de stratégie.

Les questions posées lors de l’entrevue :

  • L’industrie de la micro-électronique est-t-elle amenée à
    disparaître en France et en Europe alors que c‘est un enjeu
    économique vital, notamment en termes d’indépendance
    et de souveraineté pour la France et pour l’Europe ?
  • Quelle est la stratégie de l’État français et de l’Europe dans le
    domaine des semi-conducteurs ?
  • L’État italien va-t-il il sortir du capital de STMicroelectronics?

Les requêtes faites lors de l’entrevue :

  • La nécessité de l’intervention de l’État actionnaire pour faire
    évoluer la stratégie de la compagnie « d’une stratégie
    boursière à une stratégie industrielle »; ceci est indispensable
    pour maintenir la partir numérique de ST et pour développer
    les autres secteurs
  • La nécessité d’avoir une forte politique d’investissement
    et d’y consacrer toutes les ressources financières de
    l’entreprise
  • Le besoin de réformer le top-management
  • Les enjeux et la nécessité de restaurer un vrai dialogue social
    dans STMicroelectronics
  • L’importance de l’implantation de STMicroelectronics dans les
    territoires (production et R&D)

Les commentaires sont fermés.